Michel Izard

Répandez l'amour du partage
Michel Izard
Michel Izard

Michel Izard – Michel Izard est un grand reporter de TF1 depuis plus de 20 ans. C’est pour le réseau qu’il travaille 13 heures par jour au bureau de Washington DC de la revue au service de la culture éditoriale… Il commence sa formation à l’université de Montpellier avant de s’installer à Paris pour étudier au CFJ, une école pour les journalistes en herbe.

Il fait également des reportages pour l’émission Carnet de route sur TF1.Travailler avec Futura-Sciences me donne la chance de continuer à partager d’une manière nouvelle les informations, les sentiments et les émotions que je ressens sur le terrain à travers mes reportages.

Je suis reconnaissante de pouvoir ajouter ma voix aux sujets qui me passionnent : l’environnement, la découverte et la recherche scientifique qui fait avancer nos connaissances.Je suis né à Toulouse le 18 septembre 1963.

J’ai grandi non loin de Montpellier, où j’ai fréquenté l’université Paul Valéry. J’ai complété une maîtrise en histoire contemporaine sur le thème “L’image de la femme dans les films militaires pendant la Première Guerre mondiale”.

En 1989, je suis diplômé du Centre de Formation des Journalistes (CFJ) de Paris.Journaliste à TF1 depuis 1989, j’ai travaillé au Journal de 13h, au bureau de Washington et dans diverses rédactions.

Même après toutes ces années, mon travail de journaliste et de “conteur” me tient en haleine. Mes sujets de prédilection sont les voyages, l’archéologie, l’histoire et la préservation, comme la construction de Notre Dame à Paris, dont j’ai parlé dans mon carnet de voyage.

Anthropologue et ethnologue français, Michel Izard est né le 26 octobre 1931 à Paris et décédé le 1er février 2012. Directeur d’éminentes recherches au CNRS, il a été membre du Laboratoire d’anthropologie sociale (Collège de France, EHESS, Paris) depuis sa création en 1960 par Claude Lévi-Strauss.

La Haute-Volta, aujourd’hui connue sous le nom de Burkina Faso, a servi de cadre à ses enquêtes historiques et ethnographiques sur la structure sociale et politique de la société africaine (le Moogo, les habitants : les Moose, au singulier Moaga).

Il s’est particulièrement intéressé au Moogo précolonial (avant 1895), en particulier les royaumes du Yatenga et de Ouagadougou. Outre la répartition du pouvoir et le système sociopolitique, leurs enquêtes se sont concentrées sur ces questions.

Il explique comment les « Gens du pouvoir », les conquistadors du sud arrivés au XVIe siècle, ont dû retourner vers leurs sujets indigènes, les « Gens de la terre », pour répondre au besoin de fournir une source de nourriture sur laquelle les la conquête ne leur avait donné aucun pouvoir. L’actualisation de cette structure politique et religieuse est une contribution importante à l’anthropologie politique.

D’autres chercheurs se sont inspirés de ses travaux pour mener des enquêtes similaires ailleurs en Afrique, où ils ont découvert diverses variantes de cette configuration.Avec Pierre Smith à la fin des années 1970 et Nicole Belmont au début des années 1980, il participe à la diffusion en français de l’œuvre de James George Frazer (Le Rameau d’or).

En 1991, le Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie, ouvrage de référence co-dirigé avec Pierre Bonte, est publié par les presses universitaires françaises.Claude Lévi-Strauss a fait l’objet d’un “Cahier de l’Herne” en 2004.

Le mépoux de Françoise Izard-Héritier4 rencontré l’hydro-landbouwontwikeling de la vallée du Sourou a été écrit par Antony et publié en 1958.A l’époque de la monographie de Bouna par Françoise Izard-Héritier dans la vallée du Sourou, Haut-Volta, De auteurs, 1958. Avec Françoise Izard-Héritier.

Michel Izard

Traditions historiques du Yatenga, Parijs, Centre national de la recherche scientifique, 1965.2 parties, Parijs, Collège de France, Laboratoire d’Anthropologie Sociale, 1970, « Inleiding to the History of the Mossi-Conspiration ».De l’Académie française en 1980, le prix Bordin

Des gens au pouvoir, des gens du pays : les institutions politiques de l’ancien Koninkrijk Yatenga (la région de Witte Boven-Volta), Cambridge : Cambridge University Press ; Paris : Editions de la Maison des Sciences Humaines, 1985. Gens de pouvoir, gens de la campagne.

Michel Izard est un excellent reporter de TF1. Pour la chaîne Ushuaa TV, il réalise également des reportages documentaires. L’explorateur Jules Dumont d’Urville et son équipage ont découvert Adélie lors de la première de leur livre, Adélie, mon amour (Michel Lafon, 2018). En savoir plus Michel Izard est un journaliste de talent pour les publications de TF1.

Il produit également des documentaires pour le réseau Ushuaa TV. Au cours de la première moitié du XIXe siècle, l’explorateur Jules Dumont d’Urville et son équipage découvrent le continent Adélie, qui fait l’objet du livre Adélie, mon amour (Michel Lafon, 2018). 19ème siècle : Janvier. Jules Dumont d’Urville découvre Adélie après deux ans et demi de mer.

Pour la première fois, les humains souillent le sol de l’Antarctique, l’une des dernières terres non découvertes de la planète, et fournissent la preuve qu’il s’agit en fait d’un continent.

Michel Izard
Michel Izard

Leave a Comment

error: Le contenu est protégé !!