Eric Bruyas

Répandez l'amour du partage
Eric Bruyas
Eric Bruyas

Eric Bruyas – C’est en 1995 qu’un drame frappe la commune de Saint-Andéol-le-Château dans la vallée du Rhône. Éric Bruyas, leur gendre longtemps soupçonné, a été condamné avec sursis en 2021 après des années de spéculation.

Il explique pourquoi de manière plus détaillée. Quand il est venu en France, c’était une histoire déchirante. Des coups de feu ont tué toute la famille Bébien à Saint-Andéol-le-Château le 30 mai 1995, une petite ville de la vallée du Rhône.

Parmi ceux qui ont péri figuraient le père Vincent (47 ans), la mère Odette (46 ans) et deux de leurs trois fils, Vincent (21 ans) et Aline (16 ans). Leur fille aînée, Samantha, était la seule épargnée.

Un incendie a été allumé dans la maison de la famille Bébien à l’aide de bougies et de bidons d’essence. Le gendre du couple Bébien Éric Bruyas a été immédiatement suspecté. Samantha a également été blanchie en quelques minutes.

Celui que l’on surnomme “Le Romand du Rhône” est soupçonné d’avoir assassiné sa belle famille dans le but d’acquérir une énorme somme d’argent. Éric Bruyas, 54 ans aujourd’hui, clame son innocence en affirmant que des personnes cagoulées sont responsables de la mort de sa belle famille depuis le début de l’enquête.

Cependant, il a révélé qu’il avait décidé de brûler la maison afin d’épargner à sa femme le traumatisme de la voir en flammes. La réclusion à perpétuité avec une période de sécurité de 22 ans a été prononcée contre le principal suspect du quadruple meurtre en 1999, quatre ans plus tard.

Eric Bruyas

Ses demandes ultérieures de libération de prison ont également été rejetées, malgré le fait qu’il avait été libéré en 2017. En raison de sa santé dégradée, il a bénéficié d’un sursis le 25 octobre 2021.

Ainsi, l’affaire reste un mystère car le condamné à mort n’a cessé de clamer son innocence. La maison de Vincent et Odette Bébien à Saint-Andéol-le-Château, Rhône, a été détruite par un violent incendie le 30 mai 1995.

L’alerte est lancée par des voisins inquiets. Les corps de Vincent et Odette, ainsi que ceux de Vincent-Salvador et Aline, deux de leurs enfants, sont découverts par les pompiers. Ouverture d’un dossier pénal

Avant même que l’incendie ne se déclare, le bureau du coroner a pu déterminer que les Bébiens avaient été assassinés par balles. Lorsque les enquêteurs reconstituent l’emploi du temps de la famille, ils pensent que l’assassin avait une connaissance intime de leurs routines et de leurs préférences.

Un pavillon est en feu au milieu d’un complexe immobilier. Le processus d’enquête a officiellement commencé. La vie dans cette famille type est examinée sous tous ses angles : le quartier, les fréquentations et l’emploi.

Enfin, ce sera un personnage totalement innocent de tout acte répréhensible qui sera traduit en justice. Les enquêteurs français ont ouvert une enquête sur le massacre de Saint-Andéol, également connu sous le nom de scandale Eric Bruyas, survenu le 30 mai 1995 dans la ville de Saint-Andéol, dans le département du Rhône en France.

Le 30 mai 1995, la famille Bébien a été retrouvée assassinée dans leur maison de Saint-Andéol-le-Château, en France. Abattu quatre membres de la famille Bébien à leur domicile. Au total, cinq personnes composent la famille : Vincent senior, 47 ans, Odette, 46 ans, et deux des enfants de Vincent, Vincent junior, 21 ans et Aline, 10 ans.

Dans un acte ultérieur, l’assassin, prétendant être engagé dans un drame familial, a mis le feu à un immeuble d’habitation à l’étage supérieur, provoquant une explosion qui a entièrement détruit la structure.

Eric Bruyas, 50 ans, est incarcéré depuis plus de 22 ans et continue de demander sa libération. Reconnu coupable d’avoir tué ses parents, son frère et sa belle-sœur avec une arme de poing à Lyon en 1999, l’homme a été condamné à de la prison.

Prison à vie avec un minimum de 22 ans de surveillance pour les meurtres de 1995 à Saint-Andéol-le-Château, en France, Bruyas a été condamné. L’acteur et cinéaste Jean-Claude Romand est originaire de France.

L’imitateur Jean-Claude Romand, qui a assassiné sa propre famille dans l’Ain et le Jura avant de mettre le feu à la scène du crime, a été condamné à la même peine en 1993. Comme Romand, Bruyas n’a pas attendu la fin de sa détention pour demander l’autorisation de sortir et déposer une demande de libération conditionnelle, toutes deux autorisées par les règles de procédure pénale.

Pour la première fois de toute sa vie, Eric Bruyas ne ressent rien. L’homme a un beau visage, mais son regard est glacial et sans intérêt pour moi. La situation est paisible autour de lui. Là, il devra faire face à la cour d’appel, qui connaît de son affaire depuis lundi.

Eric Bruyas
Eric Bruyas

Leave a Comment

error: Le contenu est protégé !!