Alain Krivine Jeune

Répandez l'amour du partage
Alain Krivine Jeune
Alain Krivine Jeune

Alain Krivine Jeune – C’était une figure de l’extrême gauche. Le chef de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR, trois décennies) est décédé à l’âge de 80 ans. Alain Krivine a fait carrière dans la politique.

Ancien candidat à la présidentielle, enfant de Mai 68, président de la Ligue communiste révolutionnaire pendant 30 ans, eurodéputé, cette figure de l’extrême gauche française est décédée samedi à l’âge de 80 ans.

“Plus je vieillis, plus je suis outré”, remarquait Alain Krivine en 1993. Alain Krivine est né le 10 juillet 1941 à Paris dans une famille juive de la petite bourgeoisie immigrée d’Europe centrale.

Alain Krivine Jeune

Il a été membre fondateur des Jeunesses communistes révolutionnaires en 1966. (JCR). Avec ses acolytes Daniel Cohn-Bendit, Jacques Sauvageot et Alain Geismar, il deviendra aussi l’un des meneurs de Mai-68.

Son engagement politique se poursuit avec deux candidatures présidentielles. En 1969, il obtient pour la première fois 1,06 % des voix avec la Ligue communiste.

En 1974, il obtient 0,37 % des voix et est battu. Entre 1999 et 2004, il siégera au Parlement européen pendant les 25 années suivantes.

A un mois de l’élection présidentielle, sa mort a suscité un déluge d’hommages de la part de l’establishment politique, notamment de gauche. “Alain Krivine, mon camarade et ami, tu nous as quittés”, a tweeté Olivier Besancenot sur Twitter samedi.

“Je vous entends encore dire que la plus belle façon de commémorer les défunts est de continuer leur combat”, se souvient l’ancien leader du Nouveau parti anticapitaliste.

C’est Alain Krivine qui l’a persuadé de se présenter à la présidentielle en 2002. Le jeune facteur a alors été élu avec 4,25 % des suffrages.

Sur Twitter, le candidat à la présidentielle Jean-Luc Mélenchon (LFI) exprime sa « passion » et son « chagrin ».

Clémentine Autain dit qu’Alain Krivine “a donné envie de faire de la politique pour transformer le monde”. Ewdy Plenel, journaliste, entretient une « image de loyauté, de modestie et d’intégrité dans un espace politique trop souvent cynique et carriériste ».

“Avec Alain Krivine, c’est un pan de l’histoire de la gauche qui s’en va”, estime l’écologiste Sandrine Rousseau.

déclare le parti. Alain Krivine, le leader du trotskysme en France et ancien candidat à la présidentielle, est décédé à l’âge de 80 ans.

Alain Krivine a été un dirigeant trotskyste en France pendant trois décennies, dirigeant la Ligue communiste révolutionnaire (LCR), qu’il a cofondée en 1974.

Il s’est présenté deux fois à la présidence, en 1969 et 1974, en tant qu’enfant de mai 68.

Sa mort a suscité un flot d’hommages, en particulier de la gauche de l’échiquier politique.

Olivier Besancenot du Nouveau parti anticapitaliste, l’héritière de la LCR, Clémentine Autain de France Insoumise, et Jean-Luc Mélenchon de France Insoumise ont tous exprimé leur chagrin sur les réseaux sociaux.

Nourri aux organisations étudiantes communistes comme ses frères, il est l’un des fondateurs des Jeunesses communistes révolutionnaires (JCR) en 1966, et devient l’une des figures de Mai-68, avec Daniel Cohn-Bendit, Jacques Sauvageot et Alain Geismar.

Son action lui a valu un mois de prison au ministère de la Santé et a entraîné l’effondrement de la JCR. Il a ensuite été nommé candidat à l’élection présidentielle de la Ligue communiste nouvellement formée en 1969, où il a obtenu 1,06% des voix.

Il se présente à nouveau en 1974 à la tête de la LCR, mais est battu avec 0,37 % des voix. Il a démissionné du bureau politique de la LCR en 2006, tout en restant porte-parole du mouvement jusqu’à sa dissolution en 2009, date à laquelle le Nouveau parti anticapitaliste (NPA) a été créé. Il a été journaliste à l’hebdomadaire “Rouge”, l’organe du parti, et député européen de 1999 à 2004.

Alain Krivine, ancien candidat à la présidence et co-fondateur de la Ligue communiste révolutionnaire et pilier de l’extrême gauche française, est décédé samedi.

Il avait quatre-vingts ans.

Alain Krivine, le leader du trotskysme en France, a été le co-fondateur et le leader de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) pendant trois décennies.

Il a été l’un des organisateurs de mai 1968 et s’est présenté aux élections présidentielles de 1969 et 1974.

« Tristesse et émotion. “J’adresse mes condoléances à sa famille et mes salutations à tout le mouvement trotskyste”, a déclaré Insoumis

Alain Krivine Jeune – C’était une figure de l’extrême gauche. Le chef de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR, trois décennies) est décédé à l’âge de 80 ans. Alain Krivine a fait carrière dans la politique.

Ancien candidat à la présidentielle, enfant de Mai 68, président de la Ligue communiste révolutionnaire pendant 30 ans, eurodéputé, cette figure de l’extrême gauche française est décédée samedi à l’âge de 80 ans.

“Plus je vieillis, plus je suis outré”, remarquait Alain Krivine en 1993. Alain Krivine est né le 10 juillet 1941 à Paris dans une famille juive de la petite bourgeoisie immigrée d’Europe centrale.Il a été membre fondateur des Jeunesses communistes révolutionnaires en 1966. (JCR). Avec ses acolytes Daniel Cohn-Bendit, Jacques Sauvageot et Alain Geismar, il deviendra aussi l’un des meneurs de Mai-68.

Son engagement politique se poursuit avec deux candidatures présidentielles. En 1969, il obtient pour la première fois 1,06 % des voix avec la Ligue communiste.En 1974, il obtient 0,37 % des voix et est battu. Entre 1999 et 2004, il siégera au Parlement européen pendant les 25 années suivantes.

A un mois de l’élection présidentielle, sa mort a suscité un déluge d’hommages de la part de l’establishment politique, notamment de gauche. “Alain Krivine, mon camarade et ami, tu nous as quittés”, a tweeté Olivier Besancenot sur Twitter samedi.

“Je vous entends encore dire que la plus belle façon de commémorer les défunts est de continuer leur combat”, se souvient l’ancien leader du Nouveau parti anticapitaliste.C’est Alain Krivine qui l’a persuadé de se présenter à la présidentielle en 2002. Le jeune facteur a alors été élu avec 4,25 % des suffrages.

Sur Twitter, le candidat à la présidentielle Jean-Luc Mélenchon (LFI) exprime sa « passion » et son « chagrin ».Clémentine Autain dit qu’Alain Krivine “a donné envie de faire de la politique pour transformer le monde”. Ewdy Plenel, journaliste, entretient une « image de loyauté, de modestie et d’intégrité dans un espace politique trop souvent cynique et carriériste ».

“Avec Alain Krivine, c’est un pan de l’histoire de la gauche qui s’en va”, estime l’écologiste Sandrine Rousseau.déclare le parti. Alain Krivine, le leader du trotskysme en France et ancien candidat à la présidentielle, est décédé à l’âge de 80 ans.

Alain Krivine a été un dirigeant trotskyste en France pendant trois décennies, dirigeant la Ligue communiste révolutionnaire (LCR), qu’il a cofondée en 1974.Il s’est présenté deux fois à la présidence, en 1969 et 1974, en tant qu’enfant de mai 68.Sa mort a suscité un flot d’hommages, en particulier de la gauche de l’échiquier politique.

Olivier Besancenot du Nouveau parti anticapitaliste, l’héritière de la LCR, Clémentine Autain de France Insoumise, et Jean-Luc Mélenchon de France Insoumise ont tous exprimé leur chagrin sur les réseaux sociaux.

Nourri aux organisations étudiantes communistes comme ses frères, il est l’un des fondateurs des Jeunesses communistes révolutionnaires (JCR) en 1966, et devient l’une des figures de Mai-68, avec Daniel Cohn-Bendit, Jacques Sauvageot et Alain Geismar.

Son action lui a valu un mois de prison au ministère de la Santé et a entraîné l’effondrement de la JCR. Il a ensuite été nommé candidat à l’élection présidentielle de la Ligue communiste nouvellement formée en 1969, où il a obtenu 1,06% des voix.

Il se présente à nouveau en 1974 à la tête de la LCR, mais est battu avec 0,37 % des voix. Il a démissionné du bureau politique de la LCR en 2006, tout en restant porte-parole du mouvement jusqu’à sa dissolution en 2009, date à laquelle le Nouveau parti anticapitaliste (NPA) a été créé. Il a été journaliste à l’hebdomadaire “Rouge”, l’organe du parti, et député européen de 1999 à 2004.

Alain Krivine, ancien candidat à la présidence et co-fondateur de la Ligue communiste révolutionnaire et pilier de l’extrême gauche française, est décédé samedi.Il avait quatre-vingts ans.

Alain Krivine, le leader du trotskysme en France, a été le co-fondateur et le leader de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) pendant trois décennies.Il a été l’un des organisateurs de mai 1968 et s’est présenté aux élections présidentielles de 1969 et 1974.« Tristesse et émotion. “J’adresse mes condoléances à sa famille et mes salutations à tout le mouvement trotskyste”, a déclaré Insoumis

Alain Krivine Jeune
Alain Krivine Jeune

Leave a Comment

error: Le contenu est protégé !!