Affaire Montigny Les Metz

Répandez l'amour du partage
Affaire Montigny Les Metz
Affaire Montigny Les Metz

Affaire Montigny Les Metz – Le 28 septembre 1986, deux jeunes garçons, Cyril Beining et Alexandre Beckrich, sont retrouvés morts le long d’une voie ferrée à Montigny-les-Metz (Moselle). Patrick Dils, qui n’avait que 15 ans au moment du meurtre, passe aux aveux et est condamné à la prison à vie sans possibilité de sursis en 1989.

Mais en 2002, la gendarmerie a présenté des preuves en appel devant la cour des ânes des délinquants juvéniles de la vallée du Rhône. cela montrait que Patrick Dils n’avait pas eu le temps de commettre le crime.

Dils est totalement irréprochable. Francis Heaulme, le tueur en série, travaillait depuis trois jours dans une entreprise située à seulement 400 mètres du lieu du crime. Abgrall, le gendarme, le rapproche de l’affaire Montigny.

Le 31 mars 2014, près de 29 ans après les événements en question, un nouveau procès pour l’affaire assise s’ouvre avec Francis Heaulme siégeant sur le banc des accusés.

Il clame son innocence et pointe du doigt un dénommé Henri Leclaire qui travaille près des voies ferrées. Heaulme n’est qu’un des nombreux témoins oculaires qui affirment avoir vu la victime du meurtre couverte de sang sur les lieux du crime. Dès le début de l’enquête, il était lui-même suspecté. Le procès Heaulme a été rapporté, et l’enquête se concentre désormais sur Henri Leclaire.

Avec une moyenne de 1,2 million de téléspectateurs par épisode depuis ses débuts sur France 2, “Au bout de l’enquête”, “la fin du crime parfait?” est aujourd’hui le premier magazine d’information régulier de France. Le réseau diffuse une émission spéciale en deux parties de “Patrick Dils” le 17 septembre à 14h00.

L’enquête d’Hélène Gautier montrera aux téléspectateurs comment le nom de Patrick Dils a fortement résonné dans l’histoire criminelle française avant d’entrer en collision avec le tueur en série Francis Heaulme.

Deux ans après le meurtre du petit Grégory, le 28 septembre 1986, à Montigny-lès-Metz (Moselle), les corps de deux enfants, âgés de 8 ans au moment de leur mort, sont retrouvés près d’un chemin de furet désinfecté.

Un innocent sera condamné à tort et passera 16 ans en prison, un scandale policier sera révélé à cause d’une enquête bâclée, et l’un des tueurs les plus terrifiants de notre époque – surnommé “le routard du crime” – émergera. L’enquête durera 20 ans.

Le professeur de criminologie Alain Bauer se joindra à l’animatrice Marie Drucker pour apporter un éclairage technique, psychologique, sociologique et historique sur les techniques d’enquête utilisées dans cette affaire.

Ici, dans cette ville de la périphérie de Metz, tout commence par la découverte des affaires de Cyril Beining et Alexandre Beckrich récupérées sur un talus SNCF. Le suspect Patrick Dils, qui avait 16 ans au moment des faits, a vu son procès annulé et a été libéré de prison en 2002 en raison d’une campagne pour faire réexaminer son cas.

Francis Heaulme, qui avait déjà été condamné à deux reprises à la prison à vie pour neuf autres meurtres, a été reconnu coupable de ces chefs d’accusation en mai 2017 par la cour d’appel de la Moselle.

Cette dernière personne, qui avait répondu à l’appel, a reconnu avoir été vue le jour des faits à deux reprises le long de la route ferrée, mais il a nié avoir tué les deux gamins les deux fois.

Après avoir vu son pourvoi rejeté par la Cour de cassation en juin 2020, le tueur en série a finalement été condamné à la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle.

Il y a vingt ans, le 24 avril 2002, Patrick Dils était disculpé de toutes les charges liées aux meurtres de Cyril Beining et Alexandre Beckrich à Montigny-lès-Metz en 1986. Cela survenait après avoir été condamné à la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle. Retour sur un incident hors du commun. Dans cette affaire, Francis Heaulme a été reconnu coupable du crime.

Affaire Montigny Les Metz

Cyril Beining, 14 ans, et Alexandre Beckrich, 8 ans, ont été retrouvés morts sur un talus SNCF à Montigny-lès-Metz le 28 septembre. Ils avaient été assassinés à coups de pierres. Aujourd’hui, la famille Dils, qui habite la rue voisine de Vénizelos, est de retour d’un week-end en escapade dans leur maison de Dainville, sur la Meuse.

Patrick, son frère Alain, sa maman Jacqueline et son papa Jean sont attendus à la maison entre 18h30 et 19h00. Patrick se rend à la benne à ordures de l’entreprise près de chez lui dans l’espoir de se débarrasser de quelques timbres à collectionner.

Il entend une femme sangloter et un homme la réconforter ce soir. Les enquêteurs qui viennent l’interroger le lendemain n’en entendront rien de sa part. Deux membres de la famille immédiate de Patrick ne devineront pas en même temps depuis combien de temps il est parti de chez lui.

Thomas Hellenbrand, l’avocat d’Henri Leclaire, a réagi lundi après que son client s’est vu refuser le non-lieu demandé par le parquet de Metz dans l’affaire du meurtre en 1986 de deux enfants de Montigny-lès-Metz : « Sur deux ans perdus, c’est triste pour les familles des victimes auxquelles je pense”.

Le fait que sa culpabilité potentielle ait été pointée signifie qu’il continuera d’être poursuivi par une rumeur que la justice a inventée de toutes pièces, a-t-il déclaré au micro de France Bleu Lorraine.

Francis Heaulme, un tueur en série, sera le seul à répondre de la mort de deux jeunes garçons à Montigny-lès-Metz (Moselle) il y a près de 30 ans, après que l’autre suspect, Henri Leclaire, ait finalement été éliminé comme suspect.

La police a renversé la situation en tentant de prélever des échantillons de cheveux sur des suspects qu’ils détenaient dans l’espoir de déterminer si les échantillons étaient collants ou non.

Affaire Montigny Les Metz
Affaire Montigny Les Metz

Leave a Comment

error: Le contenu est protégé !!