Olivier De Kersauson Maladie

Répandez l'amour du partage
Olivier De Kersauson Maladie
Olivier De Kersauson Maladie

Olivier De Kersauson Maladie – Depuis l’annonce récente de sa maladie, Olivier de Kersauson a décidé de ne pas en parler publiquement. Son sujet de discussion préféré était la transformation sociale.

Lors de son interview sur Hour of Praud de C News , il a observé: “La société a changé, mais l’étage reste le même.” Dans les années 70, certaines personnes ont trouvé le sens de l’humour, mais la société était pire que jamais, a déclaré un journaliste.

Il y a tellement de variables à considérer lors de l’évaluation de la société, et si peu de variables lors de l’évaluation de nos propres vies. Une vie désagréable attend ceux qui ne la trouvent pas ; le monde change constamment et ce changement est violent.

“C’est nous les hommes, c’est ni mieux ni moins bien, c’est comme toujours l’étage est le même, ça change de forme, de formulation, d’expression, ça a changé les codes mais l’étage est toujours le même, sympa, les alcooliques sont con, il y a de tout !” » « C’est toujours le même étage, ce n’est jamais mieux ni pire. C’est comme si l’étage était toujours le même.

Une partie du récent discours d’annonce de maladie d’Olivier de Kersauson est incluse ici. Le navigateur français et champion de voile Olivier de Kersauson de Pennendreff.

Dans une famille de huit personnes, Kersauson était le septième enfant de la famille. Alors qu’il était le seul Kersauson né hors de Bretagne, il a été élevé dans une “aristocratie catholique provinciale avec messe obligatoire” à Morlaix, où il a été élevé jusqu’à l’âge de 18 ans.

Olivier de Kersauson était destiné dès son plus jeune âge à rompre avec sa famille et à poursuivre sa propre voie. Il était étudiant dans un pensionnat et avait du mal à s’adapter à la vie avec les prêtres. Il est allé à un total de onze écoles différentes. Il a commencé à étudier l’économie après avoir réussi ses examens finaux au lycée et fait beaucoup de bêtises le long du rivage.

A Saint Malo, à 22 ans, il rencontre Eric Tabarly. Peu de temps après, Eric a étendu l’invitation à servir à bord du navire. Il a été le partenaire de Tabarly pendant huit ans à cette occasion.

Dans la Whitbread Round the World Yacht Race, il était membre d’équipage du Pen Duick VI. Ils enfilèrent tous bottes et imperméables et commencèrent ensemble le long voyage à bord du Pen Duick. Olivier de Kersauson se passionne immédiatement pour les multicoques et devient un pionnier en la matière.

Parmi ses nombreuses réalisations figurent le premier multicoque composite (Ribourel) et le premier trimaran à flotteur long (Poulain) à être construits, ce dernier dont il a été le capitaine en 1989-1990 et qui a établi le record du tour du monde en solitaire le plus rapide.

A partir de 1992, il se concentre sur le Trophée Jules Verne, le record en équipage du tour du monde. En 1994, il fait le tour du monde en livrée Lyonnaise des Eaux – Dumez face à Peter Blake.

Les six membres d’équipage du catamaran néo-zélandais Enza ont bouclé le tour du monde en 74 jours et 22 heures, contre 77 jours et 5 heures pour l’équipe française. Après quelques réglages sur son bateau, il repart autour du monde sous la livrée Sport Elec.

Il y a dix-huit ans, le 8 mars 1997, Olivier de Kersauson et son équipage de six hommes appareillaient de Brest. Leur temps était meilleur que le temps précédent de Peyron de plus d’une semaine lorsqu’ils sont revenus triomphants après 71 jours, 14 heures, 22 minutes et 8 secondes.

Olivier De Kersauson Maladie

“Parce que Geronimo n’a jamais baissé les bras”, appelle-t-il son gigantesque trimaran en 2001. Olivier de Kersauson remporte une seconde fois le Trophée Jules Verne en 2004 alors qu’il barre ce bateau (63 jours, 13 heures, 59 minutes).

Il a affirmé avoir été attaqué par un énorme calmar en janvier 2003. Dans une interview à Ouest France cette semaine, Olivier de Kersauson a parlé de son nouveau livre dans lequel il revient sur une grande partie de sa carrière. Il s’agit d’une interview dans laquelle le marin évoque allègrement son dernier mariage.

Olivier de Kersauson, personnage haut en couleur, navigateur de renom, explorateur moderne aux valeurs traditionnelles, est ravi de s’être marié à la veille de ses 70 ans et d’avoir retrouvé l’amour. Dans une interview accordée au journal Ouest France, le bar de 75 ans évoque sa vie. Il se souvient du jour, le 24 mai 2014, où il a dit oui à une superbe femme polynésienne nommée Sandra, avec l’aide des médias.

Fakarava, une petite île juste au nord de Tahiti, est l’endroit où le marin passe le plus clair de son temps et où le couple s’est marié un an après s’être marié à Brest. Olivier de Kersauson, qui vit dans l’Ouest de la France, se réjouit de ce rassemblement et de cette décision.

Le soi-disant “Depardieu de la mer” écrit dans le journal qu’il s’estime “extrêmement chanceux” d’avoir rencontré Sandra Bullock. « Pour un vieux capitaine comme moi, il ne reste plus grand-chose dans ce domaine, dit-il. C’est humanisant de découvrir la bonne personne au bon moment ! “.

Il est intéressant de noter que le navigateur dit avoir “vécu de 20 à 65 ans de la même façon : j’étais un gars qui montait sur des bateaux et s’occupait exclusivement de ça”. Un nouveau chapitre de ma vie a commencé lorsque j’ai décidé d’arrêter de commander de la nourriture à 65 ans.

Olivier De Kersauson Maladie
Olivier De Kersauson Maladie

Leave a Comment

error: Le contenu est protégé !!