Mort De Stavisky

Répandez l'amour du partage
Mort De Stavisky
Mort De Stavisky

Mort De Stavisky – Un événement apparemment sans rapport a dégénéré en un scandale gouvernemental majeur. Le 8 janvier 1934, à Chamonix, un criminel du nom d’Alexandre Stavisky, craignant d’être arrêté, se tire une balle dans la tête. En raison de la dernière escroquerie, qui a impliqué le Crédit municipal de Bayonne, le fuyard a été découvert.

Ce qui commence comme une intrigue dégénère rapidement en un scandale politique et financier qui fait tomber le régime et le gouvernement français dans les années 1930.

La racine de “l’affaire Stavisky” est une entreprise frauduleuse massive. Ainsi, le 24 décembre 1933, le journal parisien conservateur Le Petit Journal rapporte que Gustave Tissier, directeur du Crédit municipal de Bayonne, a été arrêté la veille pour diffusion de « fausses émissions de bonne volonté ».

Selon le numéro du 1er janvier du Figaro, « à la tête duquel Tissier fut placé comme directeur, à la suite d’un arrêté préfectoral, fut créé le Crédit municipal de Bayonne ».

Semblable au Mont-de-Piété à Paris, cette entreprise est autorisée à emprunter à 6 % et à prêter à 8 %, ce qui lui permet de se livrer à la pratique des « prêts sur gabarits ».

De plus, note la publication, “pendant ces premières années, les affaires étaient florissantes; l’afflux d’émigrants espagnols qui passaient par Bayonne empruntaient lourdement contre leurs bijoux”. Les notaires, les banques, les agences d’assurance et les particuliers ont tous reçu des certificats délivrés par le gouvernement.

Pourtant, par un mécanisme astucieux, décrit dans Le Figaro du 31 décembre 1933, l’argent est illégalement encaissé par l’émission de faux titres : « Quatre registres à souche ont été utilisés par le service des titres et ont gardé leurs titres absolument authentiques.

Tissier utilisait huit ou dix registres distincts, dont chacun était envoyé à un imprimeur différent et dont les registres étaient détruits dès que les bons étaient détachés. Presque tous ces faux chèques affichent des montants ridiculement gonflés, allant de 200 000 à 1 000 000 de francs suisses.

Pourtant, le proverbial poulailler est démasqué par la presse financière, abasourdie « par le nombre considérable d’obligations mises en circulation par le Crédit municipal de Bayonne et par leur valeur qui augmente de jour en jour ». Une compagnie d’assurance obligataire décide alors de présenter des obligations falsifiées pour remboursement, provoquant un audit gouvernemental qui met finalement fin à l’affaire.

Les enquêtes policières et les interrogatoires mènent à l’identité du cerveau et du bénéficiaire du braquage de plusieurs millions de dollars : un « Stavisky ». C’est une escroquerie bien connue qui est couverte à la fois par la police et les médias.

En effet, Alexandre Stavisky, né le 20 novembre 1886 en Ukraine et naturalisé français, devient l’ennemi public n°1 (ou PÉN1) dans les médias à partir des années 1920 pour divers délits financiers, dont la falsification de chèques et les fraudes. transactions boursières.

Il a les références d’un aventurier, d’un escroc de haut vol et d’un ancêtre. Elle touche non seulement les particuliers mais aussi les institutions financières. La nouvelle du “roi des chèques sans provision” est parue dans Le Matin du 29 juillet (un grand journal des années 20 dont la ligne éditoriale s’est progressivement déplacée vers la droite).

Il dit également: “D’un point de vue judiciaire, le passé de Stavisky a été parmi les plus mouvementés.” Mais il trouve toujours un moyen d’obtenir ce qu’il veut en regardant aux mauvais endroits.

Le Figaro du 31 décembre 1933 revient sur l’histoire judiciaire de Sacha Stavisky, alias Serge Alexandre, reconnu coupable de délits de col blanc en décembre 1916 et d’abus de confiance en 1918.

Mort De Stavisky

En 1925, il se retrouve empêtré dans une avalanche de faux chèques. régimes. Le 26 juillet 1926, il a été arrêté pour de nouveaux crimes, mais il a été libéré sous caution en 1928, et son affaire est pendante devant les tribunaux depuis.

Stavisky, fraîchement sorti de prison, crée une société de négoce de bijoux tout en agissant en tant que représentant du Crédit Municipal d’Orléans. Les faux bijoux sont présentés dans une vitrine en verre.

Au cours de l’enquête, des escroqueries supplémentaires “de Monsieur Alex” ont été mises à jour et relayées dans la presse, allongeant à la fois la longueur de la liste des objets volés et la nature des forfaits qu’ils représentaient.

“Le beau Sacha” est un personnage flamboyant qui est dépeint comme un chercheur d’affaires nocturnes en raison de sa beauté, de sa personnalité charmante et de son esprit et de son intellect impressionnants.

Il avait un accès facile à l’argent, il était donc l’un des joueurs de baccara les plus en vue des stations de radio à la mode. Cependant, cette escroquerie moderne est la plus efficace pour acheter la paix et l’amitié entre les gens.

En juin 1926, la source d’information faisant autorité Paris-Soir rapportait que “Stavisky très généreux… avec l’argent des autres, il a réparé ses solides affections”.

En conséquence, il est en mesure de bénéficier de la protection et de la faveur de personnes influentes dans les secteurs des affaires, de la politique, de l’application de la loi et de la justice, ce qui lui permet de poursuivre ses activités criminelles.

Mort De Stavisky
Mort De Stavisky

Leave a Comment

error: Le contenu est protégé !!