Les Enfants Zouri

Répandez l'amour du partage
Les Enfants Zouri
Les Enfants Zouri

Les Enfants Zouri – Malgré la profonde mutation que connaît le Maroc, notre culture est restée conservatrice. Au fil du temps, elle avance conformément à d’importantes traditions de croyances mystiques qui n’ont rien à voir avec le réalisme.

Cette croyance va probablement se répandre car elle est encore mentionnée dans les livres marocains vendus dans les souks (les livres jaunes traitant de Chawada). Il convient de noter que la plupart des enfants touchés proviendraient de familles à faible revenu vivant dans des communautés défavorisées.

En 2009, il y a eu une vague de tentatives d’enlèvement d’enfants au Maroc. Chaque année, les autorités ne semblent pas être en mesure de comprendre pourquoi tant d’enfants qui correspondent au profil de zouhri disparaissent. Comme tant d’autres, la petite Redouane a été perdue et jamais retrouvée.

La psychiatrie a conquis toutes les familles à la suite des enlèvements et des disparitions mystérieuses d’enfants à travers le pays. Cela a soulevé de nombreuses questions.

C’est là que se cachent les meurtres d’Haroun et d’Ibrahim à Constantine, Sanaa et Sebdou et tant d’autres enfants innocents, et les tentatives d’enlèvement avortées à Hennaya, Azzedine (Béni Saf), Sidi Ahmed (dans le quartier de Remchi), et ailleurs. .

Que veulent ces meurtriers, que les vivants considèrent généralement comme des monstres au-dessus de la loi et de la foi ? Prévoyez-vous de les tuer puis de vendre leurs parties de corps ? Les utiliser dans des rituels frauduleux. Les utiliser pour déterrer des trésors séculaires qui dormaient sous terre.

Plusieurs questions se posent sans réponses claires, et les enquêtes menées par divers services de sécurité jusqu’à présent n’ont abouti à aucune affirmation favorisant une théorie plutôt qu’une autre. Ce phénomène est nouveau en Algérie, mais au Maroc voisin, les enlèvements d’enfants sont monnaie courante, comme le rapportent quotidiennement les médias du pays.

On raconte que dans ce pays, des enfants appelés “Zouhris” sont enlevés et donnés aux Djinns en offrande afin de protéger les richesses du pays.Ici à Bab El Assa, à la frontière avec le Maroc, quatre enfants étaient dans une voiture et ont réussi à distancer leurs ravisseurs avant qu’ils ne disparaissent dans le désert.

D’après les témoignages recueillis auprès des habitants, “les gamins ont été définitivement drogués par les méchants et devaient être conduits vers le maroc”.Des enfants ont été sauvés des criminels qui les avaient enlevés après que leur véhicule se soit immobilisé dans une station-service.

On se souvient qu’en mai 2008, les services de gendarmerie de Maghnia ont démantelé un réseau international de trafic d’organes dans lequel était impliqué un Marocain du nom de S. M., alors âgé de 30 ans. M. a tenté d’enlever un enfant de 2 ans au Maroc et a déclaré aux enquêteurs de la gendarmerie marocaine qu'”il appartenait à un important réseau de trafic d’organes implanté à Oujda”.

D. Abdelkader, un trabendiste bien connu à Bab El Assa qui suit les événements d’Oujda, affirme que “cette clinique appartient à un juif, mais les enfants sont aussi enlevés pour leurs particularités physiques, que nous appelons Zouhris”, et que le les ravisseurs revendent ces enfants aux “Fkihs Soussis”, qui s’en servent pour trouver des trésors, pour des prix exorbitants de 450 mille dirhams chacun.

Les Enfants Zouri

Selon un imam qui a requis l’anonymat, “les Fkihs Soussis” pratiquent la magie noire depuis des siècles, et ce sont les juifs qui leur ont appris l’existence de trésors enfouis depuis des siècles par des démons et des djinns, que l’on appelle collectivement “aâwarides”. “, en mettant l’accent sur le fait que “enfant Zouhri” signifie “enfant chanceux”.

Ces Fkihs croient qu’une offrande au gardien Djinn est nécessaire pour que le trésor soit fouillé en toute sécurité.Cet accord entre l’escroc et le diable implique le sacrifice d’un enfant nommé “Zouhri” qui sera ensuite nourri à l’emplacement du trésor. Cet enfant se démarque du reste des chasseurs de trésors de plusieurs manières.

Il “doit être blond avec des yeux très clairs et dissymétriques et présente une ligne continue qui parcourt la paume de sa main”, comme on dit.Ces escrocs sont tous originaires de la région du Souss au Maroc, et beaucoup d’entre eux ont sillonné le pays dans les années 1970 à la recherche de fabuleux trésors perdus dans le Sahara et le Sahel.

Les personnes âgées affirment que de nombreux enfants ont disparu à cette époque, et ils étaient appelés “ben-nas-nas” d’après les escrocs qui en étaient responsables. Chaque mère que je connaissais surveillait de près ses enfants au cas où l’un de ces prédateurs s’approcherait.

Notre imam continue d’insister sur le fait que “la cérémonie d’exhumation du trésor se déroule en présence de plusieurs charlatans qui viennent généralement avec un croquis indiquant la description de l’emplacement du trésor”.

Les Fkihs marocains l’appellent takyéda et commencent le rituel par la lecture de présages appelés taâzima afin de chasser les Djinns gardiens du trésor qui réclament un enfant nommé Zouhri en offrande.

C’est le moment où les escrocs se nourrissent d’un enfant et le sacrifient pour un trésor imaginaire.Comme l’atteste la légende locale au Maroc, cette pratique n’est rien de moins que de la sorcellerie.

De nombreuses familles à l’époque n’avaient pas accès aux banques, alors elles utilisaient la terre, les puits et les cimetières comme des «caches de richesse». Ces individus ont généralement enterré leurs secrets à côté d’eux, et les rumeurs disent que les Djinns ont finalement revendiqué ces trésors cachés comme les leurs.

Les Enfants Zouri
Les Enfants Zouri

Leave a Comment

error: Le contenu est protégé !!