Gertrude Yoka

Répandez l'amour du partage
Gertrude Yoka
Gertrude Yoka

Gertrude Yoka – Le vrai nom de ce boxeur français est Tony Victor James Yoka, et son père est le légendaire boxeur congolais Victor Yoka. Il est né le 28 avril 1992 à Paris et il a commencé la boxe à l’âge de six ans. Le père de Tony a un profond amour pour les gants, et il prend son fils sous son aile pour l’entraîner dans le sport depuis l’âge de huit ans jusqu’à l’âge de seize ans. Après cela, il a signé avec la centrale française BA des Mureaux.

Au jeune âge de 20 ans, il a déjà remporté le championnat de France, un exploit qu’il a répété en 2014. En 2015, il a été déclaré champion du monde incontesté, et il s’entraîne actuellement pour devenir le champion olympique de boxe poids lourd en 2016. Enfin, lui et sa coéquipière Estelle Mosely, qui a également remporté une médaille d’or olympique en 2016, partagent la médaille qu’ils viennent de remporter.

Il est le Teddy Riner de la boxe française maintenant, à 24 ans. Il a remporté 60 des 72 combats jusqu’à présent. Son style rapide et techniquement compétent lui a valu le surnom de “l’Artiste” parmi les boxeurs poids lourds. Ces qualités lui ont permis d’exceller si rapidement et efficacement. Tony Yoka a de grands projets pour l’avenir et devrait avoir une carrière de boxeur brillante et prometteuse.

Ali Yoka est né de Tony Yoka et d’Estelle Mossely le 2 août 2017. L’heureux couple s’est marié le 7 janvier et a partagé des photos de l’événement sur les réseaux sociaux. Elle et son mari, Tony Yoka, ont annoncé l’arrivée imminente de leur deuxième enfant sur Instagram le 22 octobre 2019. Dans le même message, elle annonce que le couple a rompu.

Au cours de la nouvelle année 2020, l’heureux couple fêtera son deuxième anniversaire de mariage et ils prévoient de publier ensemble une photo d’eux-mêmes sur Instagram. Estelle Mossely poste sur Instagram le 7 mai 2020, pour annoncer la naissance de son fils, Magomed. Le 31 octobre 2021, il publie sur Instagram que lui et sa femme Estelle Mosely sont séparés depuis un certain temps.

En ce qui concerne la carrière sportive réussie de son fils, Victor Yoka est là où tout a commencé. Pourtant, le père de Tony nous a confié un petit secret : c’est un grand fan de basket. Juste au cas où le destin n’en aurait pas déjà décidé autrement… C’est ce que dit la légende, et on dirait que c’est vrai.

Le 30 octobre 1974, Victor Yoka était assis dans les gradins du Stade de Kinshasa pour assister au combat du siècle entre Muhammad Ali et George Foreman. “J’avais environ 11 ou 12 ans”, raconte le père de Tony Yoka, né dans l’ex-Zare (NDLR : aujourd’hui RD du Congo). C’est là que tout s’effondre. J’ai décidé ce soir que je voulais être boxeur. Tout ce qui a suivi cette nuit-là était le résultat de ce qui s’est passé cette nuit-là. Comme moi, comme Tony. »

Gertrude Yoka

Si Tony est boxeur, c’est probablement parce que son père était aussi boxeur. Malgré cela, je peux dire sans équivoque que je ne lui ai jamais rien imposé. En fait, il a complètement échoué à atteindre cet objectif. Quand j’avais 6 ans, il m’a demandé quel sport j’aimais le plus. Je l’ai déjà appelé “l’anneau”. Cette réplique est une œuvre d’art surprenante.

Pour paraphraser, “Il m’a dit : “Je n’aime pas ça, je ne veux pas faire ça.” Comme disent les Français, “J’ai dit : “OK, mon fils”. Le joueur s’est ensuite rendu dans un club de basket avec sa sœur Samantha dans sa ville natale de Chanteloup-les-Vignes, dans les Yvelines. Il a essayé de rejoindre, mais le club était déjà complet, comme l’explique Victor Yoka. En attendant une place, il a décidé de se détendre à l’arène de boxe. Tony n’aurait jamais commencé la boxe s’il avait pu s’inscrire au basket ce jour-là.

Le nouvel entraîneur de Tony n’est autre que Victor Yoka. Il a rapidement calé une carrière prometteuse. Je lui ai dit : “Quand tu auras 12 ans, tu iras aux Jeux olympiques de 2012, et tu ne feras pas grand-chose.” Il avait 12 ans en 2004 (NDLR). C’est officiel : en 2016, tu seras champion olympique. Tony Yoka, qui avait 20 ans à l’époque, n’a pas réussi à dépasser le premier tour à Londres. Nous savons maintenant ce qui s’est passé il y a quatre ans. Il n’y a absolument rien de miraculeux dans un tel endroit. Malheureusement, je n’ai aucune idée des numéros de loterie.

S’il n’était pas là en ce moment, je ne serais pas qui je suis. C’est vrai; c’est mon fils adulte », ajoute Victor. Simple et simple, je l’adore. J’ai peut-être contribué quelque peu à son succès, mais en fin de compte, il n’a que lui-même à remercier.

Voir à quel point il travaille dur m’a laissé en admiration. misérablement à l’entraîner pour lui à San Francisco. Le labeur, la sueur et l’effusion de sang que Tony s’est lui-même infligés, ainsi que les coûts et les concessions qu’il fait volontairement, sont absurdes. Vous n’en avez aucune idée, dit le vieux boxeur aux détracteurs de son fils, qui l’ont bouleversé.

Ça me fait mal quand les autres critiquent mon travail. Je fais de mon mieux pour garder mon zen pendant ses combats. Je tire quelques conseils et je sais qu’il le prend à cœur. J’ai aussi peur. Pas tant qu’il perde, mais plutôt que quelqu’un lui fasse du tort ou lui donne un mauvais coup. C’est mon enfant, et je ne veut que quelqu’un lui fasse du mal.

Gertrude Yoka
Gertrude Yoka

Leave a Comment

Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro

Bloqueur de publicités détecté !!!

Nous avons détecté que vous utilisez des extensions pour bloquer les publicités. Veuillez nous soutenir en désactivant ces bloqueurs de publicités.

error: Le contenu est protégé !!