Catherine Millet Jeune

Répandez l'amour du partage
Catherine Millet Jeune
Catherine Millet Jeune

Catherine Millet Jeune – Le visage du sphinx est celui représenté. Quant à ce sourire, il est imperturbable. Difficile de dire si c’est la perception de désintérêt ou le manque d’ironie au coin des lèvres qui l’emporte. en loft dans les années 1960).

Ses amis et sa famille sont conscients du vide qui existe dans ses yeux plissés, une distance qu’ils savent ne pas confondre avec de l’arrogance ou de l’ennui. Écrivain (“ça sonne mieux qu’écrivaine”) et critique d’art “ne toise pas, elle regarde” dans un pull bleu clair au col souligné d’un ruban de bourgeoise raffinée.

Pour la petite histoire, elle avait déjà vingt ans au printemps 2001, lorsqu’elle a été découverte par les téléspectateurs. À l’époque, elle avait 53 ans et était plutôt inconnue du grand public, alors qu’elle était bien connue dans le monde de l’art pour avoir fondé le magazine Art Press.

Elle a lu son premier roman, La Vie sexuelle de Catherine M., sur la scène “Apostrophes” (Seuil, 2001). Interrogée par Bernard Pivot, elle a simplement décrit avec des détails bruts, presque chirurgicaux, ses rencontres avec lui dans des bars, des parkings, des sous-sols et des chambres à coucher à travers la ville depuis qu’elle avait dix-huit ans.

Ce livre, salué par Le Monde sur une page entière, se vendra à 2,5 millions d’exemplaires dans le monde et sera traduit en 50 langues. Sa représentation de la femme intellectuelle comme ni soumise ni dominante la dépeint comme une nymphomane.

Un cauchemar pour les conservateurs. Pour les libertins, elle était une “traître” car ils craignaient que leurs agissements secrets ne soient révélés, même si elle avait changé les noms de ses partenaires. La transformation de cette femme libre-pensée en objet passif déconcerte les féministes.

(AFP) – Vingt ans après avoir écrit sur ses propres expériences sexuelles et ses “pratiques d’échange”, l’auteure Catherine Millet revient sur le succès commercial du livre et déplore le “recul” actuel de “tolérance sexuelle” pour notre entourage.

Le grand public y a répondu positivement en 2001, ce qui en a fait un best-seller cette année-là. Il est possible qu’il n’ait pas eu autant de succès à l’ère moderne, quand les attitudes à l’égard de la sexualité en général et de l’homosexualité en particulier semblent diminuer.

Beaucoup de lecteurs que j’ai rencontrés m’ont dit : “Ce que tu racontes, je ne le croirais jamais, je n’aurais jamais imaginé qu’on puisse faire ça, mais ça m’a fait réfléchir, j’ai appris des choses sur moi-même.” Bien sûr, tout le monde n’a pas apprécié ces activités, mais les esprits étaient ouverts.

Catherine Millet Jeune

De plus, je fais la différence entre l’accueil du public et la couverture médiatique. Les gens d’aujourd’hui sont plus progressistes et tolérants. Les médias seront devant votre visage, exposant votre… peur

Tout de même, tout cela est assez dogmatique. Pensez-vous que je comprends ce que vous dites Quant à ma réponse, ce sera un non catégorique. Au contraire, j’essaie d’en savoir plus sur ce phénomène.

Qu’est-ce qui motive ces groupes de jeunes femmes, dont les actions et les paroles sont si radicales, et qui recourent parfois à ce qui ne peut être décrit que comme une forme grossière de langage Quand je regarde le monde, je ne peux m’empêcher de voir des schémas et des cycles.

Il existe une croyance commune selon laquelle le 19ème siècle sexuellement restrictif a été suivi par le 18ème siècle plus tolérant. Par conséquent, je prie pour que le moment actuel dans lequel nous nous trouvons ne dure pas éternellement, car il est rempli de rhétorique qui divise qui exprime non seulement une vision négative des hommes chez certaines femmes, mais plutôt une peur de la sexualité.

Oui, la sexualité peut causer de l’anxiété chez certaines personnes. Vouloir est dévorant et difficile à contrôler. On ne saisit pas toujours le sens de sa propre langue, encore moins celle d’une autre. Je dois me poser la question aujourd’hui : est-ce que ces filles, un peu prudes si je puis dire, flirtent encore entre elles.

Cela ne veut pas dire qu’ils sont des récidivistes des pratiques qui ont été les miennes. Récemment, un ami m’a dit que sa fille trouvait impoli d’être soudainement frappée à l’arrière de la tête. Une petite tape dans le creux du cou est un geste coquet dans mon livre, même si le type n’est pas ma tasse de thé”.

D’après mon expérience, Gabriel Matzneff est quelqu’un que vous pouvez considérer comme un ami. Je n’ai jamais eu de relation personnelle avec lui et je n’ai jamais partagé un repas ou une conversation avec lui en face à face. Mais quand le scandale a éclaté (ndlr : avec la sortie de “Consentement”, dans lequel l’auteur Vanessa Springora décrit la surprise des années 50- écrivain d’un an exerçait sur elle alors qu’elle n’avait que 14 ans), j’ai été choqué d’apprendre que d’autres personnes beaucoup plus proches de lui avaient divulgué l’information.

Ils ne se sont pas souvenus qu’ils l’avaient déjà publié. Ils ne pouvaient pas s’en souvenir clairement et ont dit: “Ah, si seulement j’avais su.” À mon avis, c’est totalement inacceptable. J’ai critiqué le laxisme de ceux que j’aime et dont je respecte le travail.

Catherine Millet Jeune
Catherine Millet Jeune

Leave a Comment

error: Le contenu est protégé !!
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro

Bloqueur de publicités détecté !!!

Nous avons détecté que vous utilisez des extensions pour bloquer les publicités. Veuillez nous soutenir en désactivant ces bloqueurs de publicités.

Powered By
Best Wordpress Adblock Detecting Plugin | CHP Adblock